#17 Bad Man – Dathan Auerbach

Résumé : Floride, de nos jours. 
On dit qu’une disparition d’enfant se résout dans les 48 heures. Quarante-huit heures, c’est le temps qu’il faut pour investiguer, coller des affiches, frapper à toutes les portes, auditionner des témoins. Deux jours d’angoisse à retourner le monde en tous sens, pour faire réapparaître un gamin. Mais deux jours, c’est court. 
Pour Ben, l’attente dure depuis cinq ans, et ce jour où Eric, son petit frère de trois ans, a disparu dans le supermarché local. Une seconde d’inattention et l’enfant s’est volatilisé. A-t-il été kidnappé ? S’est-il perdu ? Est-il toujours vivant ? Les questions demeurent sans réponse. 
Coincé entre une belle-mère qui passe ses nuits à dorloter un enfant imaginaire, et un père qui se noie dans le travail pour oublier, Ben ne vit plus, rongé par la culpabilité. Pour les aider, le jeune homme cherche un boulot. Ironie du sort : dans cette ville sinistrée, le seul job disponible est manutentionnaire de nuit au supermarché. Ben accepte. Mais quelque chose ne tourne pas rond dans ce magasin. L’attitude bizarre de ses collègues, de son patron ; des conserves qui semblent se déplacer dans les rayons ; une broyeuse à carton que l’on croit entendre gémir. Et puis, ce doudou rhinocéros défraîchi qui réapparaît soudain. Le doudou d’Eric. 
Ben en est convaincu : les lieux lui parlent, lui demandent de poursuivre ses recherches, de creuser encore. À moins qu’ils ne lui conseillent de fuir ?

Ce que j’en dis :

Dans ce thriller psychologique, nous allons suivre Ben, un adolescent qui s’était vu confier la garde d’Eric, son petit frère de 3 ans, ce dernier ayant disparu dans un supermarché. Nous nous retrouvons cinq ans plus tard, en compagnie de Ben, toujours meurtri par la disparition de son petit frère et qui n’a jamais abandonné les recherches. Il est déterminé à faire tout ce qu’il peut pour le retrouver. Il est d’ailleurs l’un des seuls à avoir toujours mené l’enquête. La police a rapidement classé l’affaire, son père et sa belle-mère n’ont jamais tourné la page mais n’ont jamais fait des pieds et des mains non plus pour le retrouver.

Nous vivons au quotidien la culpabilité de l’adolescent, son mal-être vis-à-vis de la disparition d’Eric. Ben se fait embaucher dans le supermarché où il a perdu son frère, pour aider sa famille à subvenir à ses besoins dans un premier temps, mais aussi pour être sur les lieux et continuer ses investigations. Nous allons faire la connaissance de plusieurs personnages, dont certains travaillent la nuit avec Ben.

Une ambiance pesante s’installe au fur et à mesure de la lecture et ne nous quitte jamais. Le récit est très lent, il n’y a pas beaucoup d’action. J’ai malheureusement frôlé l’ennui durant ma lecture, bien que je veuille savoir ce qui allait arriver à Ben, et surtout s’il allait retrouver Eric. Dans un sens, je me disais que l’histoire n’avait pas lieu d’être si l’enfant n’était pas retrouvé, mais d’un autre côté, je trouvais le temps particulièrement long. Cette histoire est pleine de secrets et de non-dits, qui attisent malgré tout la curiosité.

J’ai été particulièrement déçue par la fin que j’ai trouvée invraisemblable. C’est dommage car l’issue du roman aurait pu être différente et beaucoup plus réaliste selon moi. J’aurais aimé avoir le souffle coupé en refermant ce livre, mais non, j’ai surtout ressenti du soulagement d’en être enfin arrivée à bout. C’est malgré tout un livre qui, selon moi, mérite d’être découvert. Je pense qu’il mérite d’avoir sa chance car d’autres lecteurs pourront adhérer au style d’écriture et à la fin qui, je trouve, est libre d’interprétation.

Points positifs : Le personnage de Ben auquel je me suis un peu attachée. Il est parfois émouvant à suivre dans ses recherches.

Points négatifs : Le manque d’action, la fin qui ne m’a pas convaincue.

Ma note : 14/20

Je l’ai lu pour : Défi lecture 2019 (Catégorie 23 : Un livre dont le titre ne contient pas la lettre « E »)