#66 La dernière Anastasia – Tina Muir

Résumé :

Il était une fois en Russie, à l’hiver 2018, une jeune femme du nom d’Anna. Son père l’avait emmenée vivre au plus profond de la forêt, dans une maison coupée du reste du monde pour la protéger d’une malédiction de sang pesant sur sa famille depuis des générations. Lorsque toute sa famille fut brutalement assassinée, seule la belle Anna aux cheveux d’or en réchappa, avec l’aide de la plus terrible des marraines, la Baba Yaga en personne…
Mais l’aide de la sorcière légendaire n’est jamais gratuite. Pour percer le secret macabre qui a détruit sa famille, remonter la piste des tueurs et satisfaire sa surnaturelle protectrice, Anna devra compter sur le preux chevalier mit sur sa route par la Baba Yaga. De cette rencontre entre Anna la survivante, ivre de chagrin et avide de réponses, et le beau Jervis, aventurier flegmatique dont l’apparente froideur cache une lourde blessure, naîtra un amour de glace et de feu. Mais seront-ils assez forts pour affronter le plus destructeur des secrets et payer son tribut à la Baba Yaga ?

Ce que j’en dis :

Nous sommes ici dans une romance fantastique, dans l’univers des contes russes.

Nous faisons la connaissance d’Anna, jeune femme en quête d’identité et de réponses sur son passé. Elle va faire la connaissance de Jervis, Liam et Joséphine, qui vont traverser la Russie mais aussi l’Europe pour lui venir en aide. C’est sans compter sur la Baba Yaga et sa forêt, qui ne vont pas leur faciliter la tâche !

Dans l’ensemble, j’ai aimé cette lecture. L’histoire est vraiment prenante et recherchée, malgré un début un peu long et quelques détails dans les descriptions qui m’ont parfois laissée sur le bord de la route.

Le rythme s’accélère à partir de 30-40%, l’ensemble devient addictif et l’auteure nous amène à nous poser des tas de questions.

La fin quant à elle est vraiment réussie. J’ai cru un instant être déçue du dénouement, mais non, finalement j’ai beaucoup aimé.

Les personnages quant à eux sont bien travaillés, et j’ai eu un coup de cœur pour le couple Liam / Joséphine !

Pour conclure, je dirai que cette lecture aurait pu être excellente si le roman avait été plus court et que nous étions allés à l’essentiel. Néanmoins, je comprends le choix de l’auteure d’avoir accentué sur les détails qui collaient bien à l’ambiance un peu mystique du roman.

Je vous recommande cette lecture, et je vous conseille de découvrir la plume de Tina si vous ne la connaissez pas encore.

Une petite mention aussi pour cette magnifique couverture qui m’a donné très envie de découvrir l’histoire !

Ma note : 15/20

#51 Le Dieu oiseau – Aurélie Wellenstein

Résumé :

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

Ce que j’en dis :

J’ai passé un bon moment avec cette lecture.

Dans ce roman, nous suivons Faolan, esclave de Torok depuis 10 ans. Il subit les pires sévices et a perdu sa famille dans des conditions atroces.

Il décide de participer aux « sélectifs » une sorte de compétition qui, s’il la remporte, lui rendra sa liberté.

Dans ce roman il est question de soumission, d’emprise physique et psychologique, mais aussi de cannibalisme.
Faolan va devoir affronter des adversaires bien entraînés, alors que lui n’a pas cette chance. Il va devoir faire preuve de force, de courage et être malin. La soif de vengeance qui l’habite va lui donner la force d’affronter les différentes épreuves.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Faolan, même si je n’ai pas toujours été d’accord avec ses choix.
La fin m’a laissée un peu sceptique, la morale de cette histoire et le message véhiculé par l’auteure sont beaux, mais malgré tout j’aurai imaginé une autre fin pour ce roman.

Ma note : 15/20