#23 La science de l’esquive – Nicolas Maleski

undefined

Résumé : « Rien n’indiquait que c’était son jour. Il n’y avait rien de particulier dans l’air. En refermant la porte derrière lui, il savait que c’était la dernière fois. Il n’y avait plus à réfléchir. Sa décision était prise. Il restait à exécuter le plan. Les trottoirs étaient noirs de monde, les magasins happaient et recrachaient les badauds à jets continus. À cet instant il était encore un homme honnête. C’était facile en vérité de basculer dans l’horreur.»

Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.
Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Ce que j’en dis : J’ai lu ce roman en service presse grâce à Netgalley et aux éditions Harper Collins que je remercie pour l’envoi.

Dans ce récit, nous allons suivre Kamel Vozniak, un homme en fuite ayant décidé de se cacher au fin fond des Causses avant de partir en Tasmanie selon ses plans, pour repartir à zéro. Ex taulard en fuite, j’ai été immédiatement intriguée par les raisons qui l’ont conduit jusqu’ici, dans ce petit village de France.

Kamel fait rapidement la connaissance de tout un tas de personnes dans ce village, notamment Richard le propriétaire du bien qu’il loue, Kevin le jeune fumeur d’herbe qu’il a sauvé de la noyade, Soraya la jeune flic qui rêve de s’envoler vers d’autres horizons, et Laure sa voisine qui ne le laisse pas indifférent. Tout ce petit monde va graviter autour de Vozniak et apporter sa pierre à l’édifice au récit.

J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire, j’étais complètement perdue par l’auteur durant la première moitié du roman. Il s’agit d’un récit intimiste, dans lequel il ne se passe ma foi pas grand chose. On retrouve Vozniak entouré de ces différents personnages, et on passe parfois d’une scène à l’autre sans lien de cause à effet, ce que j’ai trouvé assez déroutant.

Malgré tout, on s’attache aux différents personnages. Demeure la question principale : que fuit Vozniak ? J’ai été tenue en haleine par cette question.

Malheureusement, cette histoire ne l’aura pas fait avec moi. Je n’ai pas été plus convaincue que ça par les révélations, quoi que malgré tout inattendues, et le manque d’action dans le récit n’a pas facilité ma lecture. Je trouve néanmoins ce roman original et bien pensé dans sa construction.

Points positifs : Les personnages et notamment Kamel, qui sont attachants à leur manière.

Points négatifs : Le manque d’action dans le roman, le passage d’une scène à une autre sans lien particulier entre les deux.

Ma note : 13/20