#11 Gardiens des cités perdues – Shannon Messenger

Résumé :   Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

Ce que j’en dis : 

J’ai été attirée par le résumé, l’univers un peu fantastique de l’histoire. Cette demoiselle, capable de lire dans les pensées des autres m’a interpellée. J’étais curieuse de savoir qui, ou plutôt ce qu’elle était vraiment. J’avais très envie de découvrir ce nouvel univers dans lequel elle allait devoir vivre, découvrir la façon dont elle allait appréhender son changement de vie. La magie que le résumé nous promet m’attirait également beaucoup. En grande Potterhead que je suis, j’imaginais une saga dans la même veine, qui allait m’envoûter et me transporter. J’avais très peur que l’auteure tente de trop s’approcher des histoires d’Harry, et bien qu’on y retrouve quelques points communs (les pouvoirs magiques, l’école), ici nous ne sommes pas en présence de sorciers mais bien avec des elfes. Malgré tout, il y a quelques ressemblances, notamment le petit groupe d’amis qui s’établit autour de Sophie, nouvelle orpheline depuis qu’elle a du quitter le monde des humains.

Je ne peux pas dire que j’ai été vraiment déçue, bien que j’en attendais beaucoup de cette histoire. J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, à me plonger complètement dedans. Je trouve que les personnages manquent cruellement de vie, j’ai trouvé notre petite Sophie bien fade. J’aurai aimé pleurer avec elle lorsqu’elle a quitté son monde, sa vie, sa famille. J’aurai aimé vivre intensément ses mésaventures, or ça n’a pas été le cas. Je n’ai pas été touchée, ni même vraiment émue par ce qu’elle a vécu. Peut être que j’en attendais trop. Malgré tout, j’ai trouvé l’histoire sympathique. J’ai cependant bien aimé les situations dangereuses dans lesquelles Sophie s’est retrouvée, il faut dire que l’auteure ne l’a pas vraiment ménagée.

La première partie du livre m’a semblé un peu fade et longue, mais le rythme s’est tout de même accéléré par la suite. Ce qui m’a le plus dérangée, c’est que j’ai trouvé que Sophie acceptait sa situation sans trop de difficultés. Certes, elle était triste de quitter les siens, mais elle s’est plutôt vite acclimatée à sa nouvelle vie, ce qui m’a semblé peu crédible. Bien qu’il s’agisse d’un roman jeunesse, j’aurai aimé avoir un pincement au cœur à ce moment-là. L’émotion ressentie par le lecteur me paraît être assez subjectif, tout dépend de la sensibilité de chacun.

Parlons un peu plus de Sophie. Elle a une douzaine d’années au début de l’histoire. Bien qu’elle semble être une petite fille plutôt normale, elle est dotée d’un don qui va la confronter à des situations périlleuses. Elle a fait preuve de courage et de détermination, et j’ai aimé le côté téméraire que l’auteure lui a donné. Bien qu’elle ait reçu l’ordre de ne pas chercher à savoir ce qui est arrivé à sa famille humaine, il était couru d’avance qu’elle allait désobéir. Je me suis laissée happer par l’histoire et ait suivi avec plaisir ses aventures.

La jeune fille est entourée de nombreux personnages, ce qui m’a donné du fil à retordre pour m’y retrouver. Il y a tout d’abord Fitz, un jeune elfe de l’âge de Sophie, envoyé dans le monde humain pour la ramener dans l’univers où elle doit vivre désormais. Les deux jeunes gens vont rapidement devenir amis, bien que le jeune garçon ne soit pas omniprésent durant l’histoire. Nous rencontrons ensuite Dex, un autre garçon avec lequel Sophie va devenir amie, et qui va la prendre sous son aile, notamment à l’école. D’autres personnages font également leur apparition, mais ont une importance moindre dans ce tome-ci.

La jeune Sophie va être prise sous son aile par des adultes, dont le père de Fitz, puis par sa famille d’accueil. J’ai hâte de découvrir comment vont évoluer tous ces personnages dans les autres tomes de la saga. Je suis également très curieuse de voir la façon dont Sophie va apprivoiser son don, qu’elle ne maîtrise pour le moment pas vraiment. J’espère retrouver le rythme soutenu et le suspense, mais avant tout, j’espère retrouver une Sophie un peu plus mature et endurcie.

Pour conclure :

points positifs : l’univers, la trame de fond de l’histoire

points négatifs : les personnages ne sont, selon moi, pas très recherchés. J’aurai aimé m’attacher vraiment à Sophie. Le rythme a été parfois un peu ralenti.

ma note : 15/20.

je l’ai lu pour : Valentine’s day challenge (thème « potion magique») et défi lecture 2019 (catégorie 33 : un livre que je voudrais voir adapté en film)

#6 Chroniques lunaires (Tome 1 : Cinder) – Marissa Meyer

Résumé :   A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Ce que j’en dis : 

J’ai été très agréablement surprise par cette réécriture du conte Cendrillon. Je ne suis absolument pas une adepte de science-fiction, les cyborgs ne constituent pas un univers qui me passionne, bien au contraire, ce domaine me rebute et j’ai longtemps hésité avant de me lancer dans la lecture de cette histoire. J’étais malgré tout très curieuse de voir comment l’auteure allait s’y prendre pour réécrire l’histoire de Cendrillon. Nous retrouvons donc Cinder, sa méchante belle-mère, ses demi-soeurs, le bal, le prince et tout ce qui fait le charme du conte original. Etant une cyborg, la jeune femme n’a pas sa place dans ce monde, il est hors de question qu’elle aille au bal, si l’on découvrait ce qu’elle était réellement elle jetterait la honte sur sa famille. Les habitants de New Beijing sont confrontés à’une maladie mortelle, et notamment l’une des soeurs de l’héroïne. Cinder va donc partir à la recherche d’un remède, mais aura à faire face à une méchante reine qui ne doit absolument pas connaitre l’existence de la demoiselle. Rien de féerique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Cinder n’a nullement envie d’aller au bal avec le Prince, mais il semble que celui-ci soit bien déterminé à ce qu’elle l’y accompagne.

S’agissant d’un roman jeunesse, le livre se lit rapidement. De plus, j’avais très envie de savoir comment tout cela allait se terminer. La fin nous laisse en suspens et m’a donné envie de poursuivre avec le deuxième tome.

Pour conclure :

points positifs : l’histoire revisitée, les personnages auxquels je me suis attachée (notamment Cinder et sa soeur malade), l’écriture fluide, les rebondissements

points négatifs : la science-fiction. N’étant pas fan du genre, je ne peux pas dire que j’ai apprécié la présence du genre dans l’histoire.

ma note : 15/20

je l’ai lu pour : défi lecture 2019 catégorie 45 (livre hors de mes genres de prédilection)