#21 – Wild Crows – Blandine P. Martin

Résumé du tome 1 :

Suite au décès de sa mère, Joe hérite d’un courrier lui dévoilant le nom de son père biologique, ainsi que l’endroit où il vit. Esseulée, et démunie face à son deuil, la jeune infirmière décide de tout plaquer pour partir en quête de ce père inconnu, un certain Jerry Welsh, propriétaire d’un bar et dirigeant d’un club de moto en Californie.
Surpris de découvrir l’existence de sa fille de 27 ans, Jerry accepte malgré tout de lui donner sa chance, et lui fait une place dans son monde à lui, mais aussi dans sa famille : celle de sang, comme celle de coeur. Joe découvre la véritable identité du club. Plus que des passionnés de motos, ces hommes forment un véritable gang ayant la main mise sur toutes sortes d’économies parallèles.
Novice dans ce milieu, Joe s’apprête à mettre les pieds dans un univers dont on ne ressort pas indemne.

Ce que j’en dis :

Cette saga est particulièrement chère à mon coeur, car c’est ma toute première lecture dans le monde des Bikers. Je l’ai découverte en 2019 en lisant les deux premiers tomes que j’ai adorés, et cet amour pour cette série s’est confirmée en 2020 puisque j’ai redécouvert l’univers des Wild Crows en audio.

Lors du décès de sa mère, Joe apprend qui est son père, et décide sur un coup de tête de partir à sa rencontre. Elle ne sait alors pas vraiment à quoi s’attendre, ni quel accueil celui-ci lui réservera.

En arrivant dans la petite ville de Monty Valley, la jeune femme découvre que son père est propriétaire d’un garage automobile ainsi que d’un bar, mais surtout, qu’il est le président d’un MC : les Wild Crows. Dès le début, j’ai eu un peu peur que Joe se fasse envoyer sur les roses par son père qui a refait sa vie. J’ai été particulièrement étonnée par la réaction de ce dernier, Jerry Welsh, qui contrairement à ce que j’aurai pu imaginer s’est montré particulièrement accueillant. Il en va d’ailleurs de même par le reste du club, mais surtout par Mona et Casey, femme et fils du président du club. Joe est invitée à rester quelques temps, et est logée gracieusement par son père dans un appartement attenant au bar, le Devil’s strip.

Je me suis immédiatement attachée aux différents personnages. Tout d’abord Joe, cette jeune femme douce en quête d’identité, infirmière qui acceptera de se plier aux règles du MC et de donner un coup de main à son père en tant que serveuse au Devil’s strip. Elle va être confrontée à diverses situations auxquelles elle n’était pas préparée en débarquant à Monty Valley. J’ai aimé sa force de caractère et son ouverture d’esprit. Elle est douce, serviable et compréhensive. C’est une héroïne attachante, et à laquelle on peut vouer un grand respect, notamment pour la terrible épreuve qui l’attend entre les tomes 1 et 2. J’ai terriblement hâte de la retrouver dans les tomes suivants.

Parlons maintenant de Jerry. Ce papa poule en blouson de cuir m’a attendrie et bouleversée. Il est le fier président des Wild Crows, mais a su ouvrir son coeur à sa fille qu’il a rencontrée 27 ans après sa naissance. Il a su lui faire une place dans son coeur, bien qu’il ait refait sa vie. Il ignorait totalement son existence, mais nous découvrons dans le tome 1 l’amour qu’il porte à sa fille et la fierté qu’il éprouve d’être son père. L’épreuve qu’a traversé Joe m’a beaucoup touchée, de son côté à elle, mais bouleversée du côté du papa qui n’a pas réussi à protéger sa petite fille.

Mona et Casey sont respectivement la femme et le fils de Jerry. Je m’attendais à une plus grande réserve de leur part face à l’arrivée de Joe dans leur vie, mais ils ont su à leur tour l’accueillir et l’intégrer au sein de leur clan restreint.

Les bikers du Wild Crows m’ont beaucoup amusée avec leur côté hommes de cromagnon, bourrus et pas bien fins. Ils sont néanmoins attachants. Ma préférence va particulièrement vers Ash (#teamAsh), qui est à la fois mystérieux et attachant. Nous le découvrons un peu plus dans le tome 2. Il est loyal et déterminé, prêt à tout pour le MC. J’ai été un peu déçue par son attitude en fin de second tome, mais je suis persuadée qu’il saura se rattraper et se faire pardonner par la jolie Joe (du moins je l’espère !)

Enfin, pour finir, l’environnement. La Californie. C’est un excellent choix de l’auteure de nous faire voyager de ce côté des Etats-Unis, et j’ai toujours eu un attrait particulier pour cet Etat.

Pour conclure, je dirais que j’ai eu un gros coup de coeur pour ces deux premiers tomes, et que j’ai hâte de poursuivre avec le suivant.

Points positifs : La richesse des personnages, la merveilleuse plume de l’auteure, l’alternance de points de vue entre Joe et Jerry.

Points négatifs : Je n’en n’ai pas encore trouvé.

Ma note : 20/20

#19 Quand l’amour s’en mail – Tamara Balliana

Résumé :

Quand sa meilleure amie lui demande d’être son témoin de mariage, Solène est aux anges et décide de lui organiser un enterrement de vie de jeune fille dont elle se souviendra ! Pour cela, elle écrit à Léonie, surnommée « Léo », la sœur de la future mariée… Mais à cause d’une erreur de destinataire, c’est Léo, architecte parisien et homonyme de Léonie, qui lui répond !

Débute alors une correspondance qui devient de plus en plus personnelle à mesure que les jeunes gens se découvrent l’un l’autre. Mais quand Léo propose à Solène de se rencontrer enfin, elle refuse catégoriquement. Bien décidé à connaître le visage de sa mystérieuse amie virtuelle, Léo s’obstine… Solène lui cacherait-elle quelque chose ? La complicité qu’ils ont développée derrière leurs écrans résistera-t-elle à l’épreuve du réel?

Ce que j’en dis :

Il s’agit pour moi d’une découverte de la plume de Tamara Balliana, je ne savais donc pas vraiment à quoi m’attendre en commençant la lecture de ce roman. Ce fut une très belle découverte, et j’ai passé un très agréable moment de lecture.

Au début de l’histoire, Solène est chargée d’organiser l’enterrement de vie de jeune fille de sa meilleure amie. C’est à cause (ou grâce ?) à une erreur dans l’adresse mail de son destinataire que Solène va faire la rencontre virtuelle de Léo, un jeune homme vivant à l’autre bout de la France. Une discussion naît entre ces deux personnages, et une relation va s’établir entre eux par la suite. J’ai été un peu sceptique face à l’installation de l’histoire, je trouvais leur correspondance un peu trop tirée par les cheveux. Après tout, ça n’arrive pas tous les jours de converser par mail avec un homonyme de la personne que nous cherchions à joindre initialement. Ce petit point m’a un peu dérangée au début, mais la construction du récit et la personnalité des personnages m’a fait passer outre ce détail.

J’ai trouvé les personnages suffisamment étoffés pour que je puisse m’attacher à eux. J’ai pris plaisir à suivre leurs échanges ainsi que la naissance de leur relation. L’histoire est touchante, notamment en raison du sujet central que nous découvrons assez tôt, et que je n’avais absolument pas vu venir.

Les chapitres sont courts, ce qui donne du dynamisme à la lecture et nous pousse à tourner les pages rapidement. J’ai dévoré ce roman et ne manquerais pas de découvrir d’autres titres de Tamara Balliana.

Points positifs : Le personnage de Solène qui m’a beaucoup touchée, les chapitres courts

Points négatifs : Si je devais donner un seul point négatif ça serait peut être la façon dont se sont rencontrés Solène et Léo qui me paraît un peu tirée par les cheveux, mais vraiment ce n’est qu’un détail.

Ma note : 16/20

Je l’ai lu pour : Défi lecture 2019 (Catégorie 79 : lire un livre feel-good)

#18 Will you play ? – Alicia Garnier

Résumé :

Les règles sont faites pour être brisées…

Alors que sa carrière de galeriste démarre à peine, Dawn rencontre l’homme idéal. Celui qui va l’aimer, la faire se sentir unique et combler toutes ses attentes. Sauf qu’en trouvant l’amour, elle a l’impression d’avoir perdu Garrett, son meilleur ami. Celui qui a grandi à ses côtés, qui partageait avec elle le goût du danger, des paris insensés, et qui apportait le brin de folie qui donnait du sens à sa vie…

Garrett n’en revient pas. Dawn en couple ? Avec ce type ? Monsieur Parfait a beau cocher toutes les cases, il n’a pas la moindre idée du diamant brut qu’est sa meilleure amie… Mais si Dawn ne voit pas que ce type est fade et banal, que peut-il y faire ? Rien. À part trouver, lui aussi, une copine. De préférence une qui causera à Dawn la même peine que celle qu’il ressent… Car tout ça n’est qu’un jeu, non ?

Ce que j’en dis :

J’ai été immédiatement immergée dans cette romance contemporaine. L’auteure a su me faire entrer immédiatement dans la vie de Dawn et Garrett, au point de ne plus vouloir les quitter. Les deux personnages sont amis depuis leur plus tendre enfance, ils sont inséparables. L’histoire est simple, sans fioritures, la vie de deux jeunes adultes qui partagent une amitié que l’on rêverait d’avoir. Malgré tout, on sent que derrière tout ça se cache une certaine forme d’attirance.

Dawn est une jeune femme sympathique, une artiste dans l’âme puisqu’elle travaille dans une galerie d’art et peint énormément. Elle est jolie, pleine d’entrain, pleine d’humour et de bonne humeur. Elle est attachante, bien qu’elle m’ait tapé sur le système à de nombreuses reprises au cours de l’histoire. Je pense que c’était un choix de l’auteure, de rendre son personnage féminin un peu égocentrique et agaçante. Je n’ai pas toujours été d’accord avec elle et lui en ait parfois voulu des décisions qu’elle a prises.

Garrett, quant à lui, est mon coup de coeur de cette histoire. Pourtant, d’habitude je m’attache beaucoup plus aux personnages féminins dans lesquels il m’arrive de me retrouver. Garrett est photographe, il a un côté un peu bad boy mais est très attachant. Il est drôle et sincère.

Chacun va trouver l’amour, bien que la jalousie va vite prendre le dessus sur leur amitié exceptionnelle. Des choix vont être faits, pas forcément les bons, et l’auteure met nos nerfs à rude épreuve. J’ai ressenti toutes les émotions des personnages, et notamment leur colère et leur peine. Je reste volontairement évasive pour ne pas trop en dévoiler et vous laisser le plaisir de vivre ce livre comme je l’ai vécu.

J’ai passé un excellent moment. Je connaissais l’auteure à travers sa chaîne Youtube et ait été ravie de la découvrir dans le domaine de l’écriture. Je vous recommande ce roman que je qualifierais de lecture doudou, et j’ai d’ailleurs frôlé le coup de cœur avec cette histoire.

Points positifs : Indéniablement, les personnages. Je me suis attachée à eux.

Points négatifs : J’aurais aimé plus d’anecdotes, vivre plus de choses. Le roman aurait certainement été plus long, mais je n’avais vraiment pas envie de sortir de cet univers.

Ma note : 18/20

Je l’ai lu pour : Défi lecture 2019 (Catégorie 95 : livre d’une blogueuse)

#12 Fais-moi taire si tu peux – Sophie Jomain

Résumé :    Elle fleurit les mariages, lui les détruit. 

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d’un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée… Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

Ce que j’en dis : Il s’agit du premier roman que je lis de cette auteure, lu dans le cadre d’une lecture commune sur le groupe Au boudoir de Candyshy. J’ai été tout de suite séduite par le résumé, aimant l’univers des mariages et de leur organisation. Je m’attendais à une lecture drôle et cocasse, et je n’ai absolument pas été déçue. Les mésaventures de la pauvre Louise m’ont beaucoup amusée.

Nous suivons donc dans ce roman Louise Adrielle, excellente fleuriste, chargée par sa patronne excentrique de décorer une église pour un mariage et d’assister à la cérémonie pour s’assurer que tout se déroule comme il faut. Mais la jeune femme n’est pas au bout de ses peines, puisque le prêtre fait des révélations… surprenantes concernant les futurs mariés, ce qui aura pour conséquence de ruiner la cérémonie et de mettre fin au mariage. La pauvre Louise ne comprend pas ce qu’il se passe et apprendra par la suite que le prêtre n’est pas réellement prêtre, mais qu’il s’agit d’un imposteur dont le métier est de ruiner les cérémonies de mariage. C’est ainsi qu’elle va faire la connaissance de Loïc, qui s’acharnera pendant une grosse partie de l’histoire à lui mettre des bâtons dans les roues. De fil en aiguilles, Louise va quitter la Dame au cabanon où elle travaillait en tant que fleuriste pour se lancer en tant que Wedding Planner. Loïc n’étant jamais loin, nous ne sommes donc pas au bout de nos surprises dans ce roman.

Une romance s’installe dans ce roman feel-good, et ça donne une petite touche en plus à l’histoire. Je me suis attachée à Louise et me suis demandée à chaque fois comment elle allait faire face à toutes ces situations rocambolesques. Bien que le personnage de Loïc soit irritant, il m’a quand même bien fait rire. Oui, j’ai réellement ri et ne me suis pas contentée de sourire. 

J’ai adoré le style de l’auteure. C’est simple et addictif, il n’y a pas de longues descriptions et on entre tout de suite dans le vif du sujet. Une plume fluide et agréable pour un excellent moment de lecture.

Pour conclure :

points positifs : les personnages, l’histoire, la plume de l’auteure

points négatifs : J’en aurai voulu encore plus !

ma note : 17/20.

je l’ai lu pour : Une lecture commune sur le groupe « Au boudoir de Candyshy », pour le Valentine’s day challenge(thème « fondant au chocolat») et pour le défi lecture 2019 (catégorie 48 : passion commune avec le personnage principal)

#10 Affaire de coeur, tome 1 : Six de coeur – L.H. COSWAY

Résumé :  

Approchez et faites la connaissance de Jay Fields, illusionniste, mentaliste et manipulateur.
Je réfléchis en trois dimensions quand vous pensez en lignes droites.
Je vous montre une table et vous croyez voir une chaise.
Fumée, miroirs, tours de passe-passe… Je détourne votre attention. Je fais mes tours et vous abuse. Mais surtout, je vous en mets plein les yeux. On pense que j’ai tué un homme mais je n’ai rien fait. Cela fait partie de mon plan. La vengeance. Voilà ce que je désire. Pour moi, et pour elle.
Pour nous six. Elle ne se souvient pas de moi, mais pourtant, elle est la clé de tout. Ma récompense au bout du chemin – enfin… si je parviens à me retenir de l’approcher. Allez, choisissez une carte. Entrez et assistez au spectacle. Regardez mes mains, scrutez-les avec attention et oubliez ce qui se passe à côté… pendant que je détruis votre univers depuis la scène, juste ici, sous les projecteurs.

Ce que j’en dis : 

J’ai été tout d’abord attirée par le domaine de la magie, de l’illusionnisme. J’ai eu l’impression que nous allions changer de registre, de trame de fond et j’ai trouvé cela plutôt original. La couverture a également beaucoup joué dans mon choix de lire ce livre.

Nous suivons Matilda, jeune secrétaire juridique dans le cabinet d’avocat de son père, avec lequel elle vit seule depuis le décès de sa mère. Un beau jour, Jay Fields, célèbre illusionniste, tente de convaincre l’avocat de le représenter dans une affaire l’opposant à un magasine, dont un article l’accuse d’avoir causé la mort d’un volontaire lors de l’une de ses représentations. Hugh Brandon n’est pas emballé par l’idée de représenter Jay, il semble avoir perdu toute confiance en lui depuis le décès de son épouse et pense qu’il ne sera pas à la hauteur. Jay va alors devoir trouver une autre stratégie pour parvenir à ses fins. Il informe l’avocat qu’il est à la recherche d’un logement, et c’est de cette façon qu’il va s’installer dans la vie du père et de sa fille. En effet, il va être invité à louer leur chambre d’amis, l’illusionniste et Matilda vont donc devenir colocataires. Nous pouvons nous demander pour quelle raison Jay Fields semble si déterminé à se faire représenter par cet avocat alors qu’il pourrait aisément en trouver un autre. Cette question va nous maintenir durant toute l’histoire.

Au fil des pages, une relation s’instaure entre Matilda et Jay. Entre complicité, amitié et plus si affinités, nous ne savons plus trop sur quel pied danser. Jay ne cesse de faire trois pas en avant, puis deux pas en arrière. Une sorte de « Je t’aime, moi non plus » s’installe, sans que Jay ne puisse révéler clairement ce qu’il ressent. Matilda ne sait plus où donner de la tête. Il s’agit d’un homme mystérieux, bien que sympathique, j’ai eu beaucoup de mal à le cerner. Matilda, quant à elle, est une jeune femme douce, manquant cruellement de confiance en elle. Son petit coeur s’est brisé plus d’une fois au contact de Jay, qui, malgré l’affection qu’il lui porte n’a eu de cesse de la repousser sans explications claires. Il semble pourtant très intéressé par elle, puisqu’il l’empêche de construire une relation avec d’autres hommes auxquels elle pourrait s’intéresser. Elle lui appartient, et il lui promet de tout lui expliquer à la fin du procès.

Jay est meurtri, il a perdu sa mère, son père et son frère dans un incendie alors qu’il était enfant. Il a ensuite été recueilli par son oncle qui ne semblait pas lui porter beaucoup d’affection. Malgré tout, le mystère reste entier. J’ai été déboussolée par cette romance qui semblait à la fois sincère et impossible.

Le suspense et la tension présents dans cette histoire donnent envie de connaître le dénouement. Bien que j’ai plus ou moins vu la fin arriver sans grosse surprise, je n’avais pas tout compris au fil de l’histoire. Les révélations finales sont bouleversantes et touchantes. Nous comprenons alors d’où vient cette soif de vengeance qui anime Jay, et pourquoi il a tenu à entrer dans la vie de Matilda et de son père.

J’ai beaucoup aimé les personnages, tant Jay que Matilda qui, bien qu’ils aient un caractère totalement différents, sont tout aussi attachants l’un que l’autre. Les amies des deux jeunes gens, Michele et Jessie m’ont beaucoup amusée. La plume de l’auteure est fluide et agréable, ni trop de descriptions, ni pas assez. Je me suis laissée prendre au jeu de l’illusion. J’ai malgré tout trouvé quelques petites longueurs, notamment vers la moitié du livre.

C’était une bonne lecture, agréable et enivrante. Je ne lirai certainement pas le tome 2 tout de suite, s’agissant d’un tome compagnon, dans lequel, si j’ai bien compris, nous suivrons le petit frère de Jay. Néanmoins, Jay croyant son frère mort dans l’incendie, je suis curieuse de voir s’ils vont finir par se retrouver ou non. Dans ce tome 2, nous quitterons le domaine de la magie et de l’illusion pour entrer dans celui du cirque. Affaire de coeur, affaire à suivre.

Pour conclure :

points positifs : les personnages, l’intrigue, la fluidité de la narration

points négatifs : quelques répétitions, trop de « je t’aime, moi non plus » que l’on finit malgré tout par comprendre à la fin de l’histoire

ma note : 14/20. J’ai passé un bon moment, mais je n’en garderai certainement pas un souvenir impérissable.

je l’ai lu pour : Valentine’s day challenge (thème « dîner aux chandelles »), défi lecture 2019 (catégorie 4 : un livre avec un homme sur la couverture)

#9 Adopted love – Gaïa Alexia

Résumé :   Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ? Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil. Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison. Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses. Avec plus de 1,5 millions de lectures, découvrez la New Romance qui a conquis les plateformes d’écriture en ligne en France.

Ce que j’en dis : 

Je me suis mise très récemment à la romance, et quand je suis tombée sur une offre de Hugo Poche 2 romances achetées, la 3ème offerte, je me suis dit que c’était l’occasion de me faire un micro stock de lecture. J’ai donc craqué pour « Adopted love ». J’avais entendu parler de l’auteure, et la quatrième de couverture m’a bien tentée. Nous suivons Teagan, un adolescent orphelin qui vivait jusque là dans le Queens. Après avoir commis plusieurs actes de délinquance, le juge lui a laissé une dernière chance : être placé dans une nouvelle famille d’accueil, aller au lycée et se tenir à carreau. Le moindre écart le conduira tout droit en prison. L’adolescent va donc se retrouver dans sa nouvelle famille, chez les Hills, résidant dans les beaux quartiers. Rien à voir avec le monde auquel il est habitué. Le père et la mère sont très gentils avec lui, leur fille Elena a l’air plutôt sauvage et très contrariée par son arrivée, et leur petit garçon, Chevy, semble apeuré par le nouvel arrivant, tatoué et ne prononçant pas le moindre mot. Teagan semble particulier, il est incapable de parler et n’a pas l’air d’avoir très envie de s’acclimater à son nouvel environnement.

J’ai dévoré ce livre. Cette petite bricasse m’a accompagnée durant trois petits jours. Je me suis très vite attachée au personnage principal, curieuse de découvrir ce qu’il nous réservait. Les autres personnages sont tout aussi charmants, Elena malgré son mauvais caractère semblait cacher quelque chose qui a piqué ma curiosité. Les parents Hills se montraient compréhensifs et accueillants envers Teagan, ce qui ne me paraissait pas forcément évident. On peut s’imaginer qu’être famille d’accueil c’est imposer ses règles de vie et ses conditions, mais au contraire, ils ont tout fait pour s’adapter à la personnalité de Teagan. Il y a aussi Sollis, l’assistante sociale de Teagan, qu’il considère comme sa mère puisqu’elle s’occupe de lui depuis qu’il est enfant.

La relation entre Teagan et celle qu’il appellera « ma lionne », Elena, s’établit peu à peu. Ils cohabitent au même étage (au premier étage de la maison familiale) et sont dans la même classe au lycée. Ils vont devoir passer du temps ensemble, malgré la réticence d’Elena.

Durant ma lecture, j’étais un peu perplexe face aux réactions de Daniel, le père de famille. En effet, plus d’une fois je me suis dit que sa gentillesse envers l’adolescent était louche. Il avait interdit à Teagan d’entretenir une relation avec sa fille, or le rapprochement des deux adolescents n’a pas déclenché de grosse colère chez le père de famille. Les excès de violence du jeune homme n’avaient pour unique conséquence qu’un partage de joint entre le père et Teagan. Je n’ai pas trouvé ça crédible. Malgré tout, le dénouement nous permet de comprendre le pourquoi du comment, et j’ai été très touchée par cette révélation finale.

J’ai donc tourné les pages à grande vitesse, incapable de m’arrêter tant j’étais aspirée par l’histoire. Il m’en fallait toujours plus. La fin m’a laissée plus que sans voix. La frustration est apparue, celle de me retrouver face à une fin qui donne envie de lire la suite. Il faut absolument que je me procure le tome 2, mais je repousse les limites de ma patience pour pouvoir le savourer dans quelques temps,

J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce livre et j’ai hâte de retrouver ces superbes personnages !

Pour conclure :

points positifs : les personnages, la trame de l’histoire, le rythme

points négatifs : quelques répétitions quant aux sentiments des deux adolescents

ma note : 20/20. C’est encore un 20, même si rien n’est parfait, je l’ai tellement aimé que je ne pouvais pas mettre moins.

je l’ai lu pour : défi lecture 2019 catégorie 3 (livre avec une naissance durant l’histoire)