#51 Le Dieu oiseau – Aurélie Wellenstein

Résumé :

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

Ce que j’en dis :

J’ai passé un bon moment avec cette lecture.

Dans ce roman, nous suivons Faolan, esclave de Torok depuis 10 ans. Il subit les pires sévices et a perdu sa famille dans des conditions atroces.

Il décide de participer aux « sélectifs » une sorte de compétition qui, s’il la remporte, lui rendra sa liberté.

Dans ce roman il est question de soumission, d’emprise physique et psychologique, mais aussi de cannibalisme.
Faolan va devoir affronter des adversaires bien entraînés, alors que lui n’a pas cette chance. Il va devoir faire preuve de force, de courage et être malin. La soif de vengeance qui l’habite va lui donner la force d’affronter les différentes épreuves.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Faolan, même si je n’ai pas toujours été d’accord avec ses choix.
La fin m’a laissée un peu sceptique, la morale de cette histoire et le message véhiculé par l’auteure sont beaux, mais malgré tout j’aurai imaginé une autre fin pour ce roman.

Ma note : 15/20